Le myélome multiple #MoisDesCancersDuSang
Peu connu, le myélome multiple, que l’on appelle aussi maladie de Kahler ne représente que 2 % de l’ensemble des cancers, mais sa fréquence augmente : 5 400 nouveaux cas de myélome multiple sont en moyenne diagnostiqués en France chaque année dont 54% chez l’homme.[1]

Oncologie  -  Oncologie

Peu connu, le myélome multiple, que l’on appelle aussi maladie de Kahler ne représente que 2 % de l’ensemble des cancers, mais sa fréquence augmente : 5 400 nouveaux cas de myélome multiple sont en moyenne diagnostiqués en France chaque année dont 54% chez l’homme.[1]

AbbVie
 Depuis environ 20 ans, le nombre annuel de nouveaux patients atteints d’un myélome multiple a augmenté de 85%[2]. L’accroissement et/ou le vieillissement de la population seraient à l’origine de près de deux tiers de l’augmentation du nombre de nouveaux cas. Cette même tendance à l’augmentation se retrouve dans des pays comme les USA, mais pas dans d’autres comme la Scandinavie.  
 
A ce jour, on ne connait pas bien les facteurs de risque qui déclenchent la transformation et la multiplication incontrôlée des plasmocytes. Dans 20% des cas, la maladie se développe sans symptôme et sera découverte au détour d’un bilan sanguin de routine.[3]
 

Parce que plusieurs os peuvent être atteints en même temps, on parle de myélome multiple.

 
La maladie se déclare le plus fréquemment autour de 70 ans chez les hommes et 74 ans chez les femmes.[2] Elle est due à la prolifération d’un type de globules blancs appelés plasmocytes, issus de la lignée des lymphocytes. Leur rôle est de produire les anticorps – immunoglobulines - nécessaires aux défenses contre les infections.
 
On distingue plusieurs types de myélomes, selon le type d’immunoglobulines secrétés par les plasmocytes malades. En s’accumulant de façon incontrôlée dans la moelle osseuse, ces plasmocytes malades diminuent non seulement la production des autres cellules sanguines saines, mais stimulent aussi la destruction des cellules osseuses et empêchent leur renouvellement. Il en résulte une fragilisation de l’os pouvant entraîner des fractures. 90% des malades atteints de myélome multiple souffrent de lésions osseuses parfois très invalidantes, qui peuvent s’accompagner de fractures[4].
Parce que plusieurs os peuvent être atteints en même temps, on parle de myélome multiple.
 

L’association de soutien aux Malades du Myélome Multiple en France


Téléchargez la brochure "Les cancers du sang" :

 

En savoir plus sur le déroulement de ce mois des cancers du sang :

Lire notre article : Septembre c’est le mois des cancers du sang, faisons-le savoir #TousEnRouge
 

Références:

1 Site de L'Association Française des Malades du Myélome Multiple (AF3M), Guide "Mieux comprendre le myélome", consulté le 06/08/2020
2 Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018. Volume 2 – Hémopathies malignes. Étude à partir des registres des cancers du réseau Francim
3 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE, Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Myélome multiple, HAS, édition Décembre 2010
4 Site de L'Association Française des Malades du Myélome Multiple (AF3M), Dépliant "Le myelome multuiple", consulté le 06/08/2020 
 FR-ABBV-200183-09/2020