Donner son sang ou sa moelle osseuse, une autre manière de se mobiliser
Le don de sang par des donneurs bénévoles en bonne santé, qui permet chaque année de soigner plus d’un million de personnes1 n’est pas seulement utile pour pouvoir transfuser de graves accidentés de la route et compenser des hémorragies en cours d’opération chirurgicale. Il est aussi capital en cancérologie. 

Actualités  -  Oncologie

Le don de sang par des donneurs bénévoles en bonne santé, qui permet chaque année de soigner plus d’un million de personnes1 n’est pas seulement utile pour pouvoir transfuser de graves accidentés de la route et compenser des hémorragies en cours d’opération chirurgicale. Il est aussi capital en cancérologie. 

AbbVie
Les patients atteints de cancer du sang ont périodiquement besoin de transfusions sanguines, pour remplacer les globules rouges, plaquettes et autres composantes du sang2. Le processus de la maladie elle-même interfère en effet avec la production normale des cellules par la moelle osseuse.
 
De nombreux médicaments de chimiothérapies peuvent aussi entraver temporairement la fabrication de cellules sanguines et réduire le fonctionnement du système immunitaire. Les malades éligibles à une greffe de cellules souches notamment, reçoivent des doses des chimiothérapies d’une telle force que leur stock de cellules sanguines normales est totalement épuisé. Pour les patients qui souffrent de cancers hématologiques, de leucémies ou de lymphomes, le don de moelle osseuse est tout aussi vital.
 
Tenir sa maladie à distance
 
Remplacer la moelle osseuse malade par des cellules souches hématopoïétiques saines, prélevées chez un donneur compatible est indiqué dans 80 % des pathologies graves du sang3. La greffe permet de doter le malade d’un nouveau système immunitaire, qui n’a jamais été en contact avec ses cellules cancéreuses, ni affaibli par les chimiothérapies et pourra donc tenir sa maladie à distance.
 
Chaque année en France, 2000 personnes, enfants et adultes, ont besoin d’un don de moelle osseuse pour pouvoir être soignées, voire guéries de leur cancer du sang4. « On dénombre 60 % de rémissions à long terme pour certaines leucémies aiguës soignées par une greffe, contre seulement 15 % en l’absence de greffe », explique le professeur Ibrahim Yakoub-Agha, sur le site de La Ligue Contre le Cancer.
 
Trouver un donneur n’est pas facile car il faut une compatibilité parfaite pour que le receveur ne rejette pas la greffe. Parmi les frères et sœurs du malade, chez qui on recherche en premier, un sur quatre seulement est susceptible de compatibilité5. C’est pourquoi il faut faire appel à des donneurs non apparentés : des personnes en bonne santé, bénévoles, qui acceptent de s’inscrire sur le registre des donneurs volontaires.
 
N’hésitez pas à tester vos connaissances pour faire tomber les idées reçues sur les dons de vie, avec un quizz en ligne ludique et informatif :
https://quizz.laurettefugain.org/
 
Où donner ?
https://dondesang.efs.sante.fr/

En savoir plus sur le déroulement de ce mois des cancers du sang :
Lire notre article : Septembre c’est le mois des cancers du sang, faisons-le savoir #TousEnRouge

Références:

1 Site de l’Etablissement français du sang, "Je donne pour la première fois", consulté le 06/08/2020 
2 Site de l’Etablissement français du sang, FAQ «Les pathologies soignées », consulté le 06/08/2020 
3 Site de la Ligue contre le Cancer, article "Greffe de moelle osseuse : une thérapie de consolidation pour les cancers du sang", consulté le 06/08/2020 
4 Communiqué de presse de l’agende de la biomédecine : 14e SEMAINE NATIONALE DE MOBILISATION POUR LE DON DE MOELLE OSSEUSE DU 1er AU 7 AVRIL 2019
5 Site de l’agence de biomédecine sur le don de moelle osseuse « Tout savoir sur le don », consulté le 06/08/2020
FR-ABBV-200182-09/2020